icone_poisson  Les poissonswave-orange-inverse

 

recettes poissons

Anchois

Les français ont réellement beaucoup de chance de posséder autant de côtes et donc de variétés de produits de la mer … Nous aimons la mer et les poissons en particulier, mais pendant trop longtemps nous avons gaspillé les stocks, des stocks énormes, jusqu’à presque éradiquer des espèces !

Nous sommes tous responsables : organismes d’état, filières de pêche … et nous consommateurs.

Comme tous les humains de notre terre, nous avons choisi la facilité. Nous avons pris le meilleur, n’importe quand, même pendant les périodes de reproduction, comme si les ressources de la mer étaient inépuisables !

Aujourd’hui nous prenons conscience que nous avons été des gaspilleurs et qu’il nous faudra désormais utiliser les produits de la mer avec parcimonie si nous voulons que nos enfants et nos petits-enfants puissent eux aussi goûter à l’excellence de ces produits !

Nous sommes tous responsables du devenir de la mer et de ce qu’il y a dedans !

Des quotas de pêche ont été mis en place au niveau européen, les organisations professionnelles des métiers de la mer répercutent vers leurs adhérents les méthodes à employer pour ne pratiquer uniquement que des pêches permettant le renouvellement des espèces.

Consommateurs, nous avons aussi notre responsabilité, celle de n’acheter que les poissons dont les stocks sont réputés en bonne santé ! Et ce, qu’ils soient frais, congelés ou conservés.

Fruitsdelamer.com vous aidera à faire les bons choix !

liste poissons menacés surpècheEspèces menacées – Liste noire des poissons et sélaciens – Fruits de la Mer 2021

Les espèces en danger sont malheureusement de plus en plus nombreuses et pourtant, nous savons qu’il y a de vraies solutions, comme celle qui a été prise pour le sauvetage du Thon Rouge, à savoir l’arrêt total de la pêche pendant 5 à 10 ans.

Nous pouvons relaver quelques espèces pêchées en Europe actuellement menacées :

Espèces Commentaires

Aiguillat commun

Cette espèce reste fragile suite à un fort déclin de sa biomasse depuis 1960 et ce malgré un taux d’exploitation réduit.
Ange de mer En danger d’extinction.
Anguille européenne Espèce menacée de disparition.
Bar européen Reproduction très affaiblie (quotas en cours par zones).
Cernier  
Empereur ou Hoplostète rouge Surexploitation. Pêche suspendue depuis 2010.
Espadon Stocks fortement dégradés.
Esturgeon d’Europe Occidentale  
Flétan Atlantique En danger d’extinction.
Grenadier de roche Croissance très lente et reproduction très tardive. L’Europe a mis en place des mesures de conservation, dont l’interdiction de la pêche au delà de 800 m depuis 2017.
Hareng Surveillance et zones de non pêche.
Lamproie marine  
Légine Pêche très encadrée, mais malheureusement fortes pêches illégales.
Merlan bleu Fortement décimé par les producteurs de surimi.
Raies Toutes les raies sont concernées, sauf la raie fleurie, la raie douce et la raie brunette. La faible fécondité des raies dans leur ensemble les rend très vulnérables à l’activité de pêche.
Rascasse rouge  
Requins

L’ensemble des espèces de requins des eaux européennes sont considérés comme menacées d’extinction. Petite et grande roussette, émissole et requin hâ sont les principales espèces pêchées en Atlantique Nord-Est. Leurs stocks sont très gravement atteints.

Le grand requin blanc (Carcharodon carcharias) et le requin pèlerin (Cetorhinus maximus) sont inscrits sur l’annexe II de la CITES respectivement depuis 2004 et 2003.

La pêche du requin taupe (Lamna nasus) est interdite en Europe depuis le 1er janvier 2010 (quota 0). Les évaluations des ressources halieutiques documentent une forte diminution des plus grands stocks.

Saint Pierre Le St Pierre fait l’objet d’études et de surveillance, car très recherché et sans doute trop pêchés sur certains gisements. Essayez de n’acheter que des poissons de plus de 37 cm.
Saumon Atlantique Cette espèce a fait l’objet par le passé des pêches intensives qui ont bien failli l’éradiquer. Les stocks sauvages sont actuellement très fragiles et très encadrés.
Sébaste Stocks de gisements de poissons sauvages fortement affaiblis.
Thon albacore Espèce à surveiller. Surpêche sur certains gisements.
Thon germon Très apprécié et donc très pêché.
Thon obèse Atlantique Surpêché.
Thon rouge Bien qu’encadré depuis 2007 et surveillé depuis, le thon rouge a reconstitué certains stocks. Malheureusement, certaines pêches actuelles risquent de détruire ce qui aurait pu reconstruire l’ensemble des gisements.
Truite de mer La truite de mer est un poisson mythique, d’un goût exceptionnel, qui a été lui aussi surpêché, que ce soit par les professionnels mais aussi par la pêche de loisir. Nous pouvons comparer son déclin à celui du saumon, même si l’impact commercial était moindre que celui du saumon. Les mesures de protections ayant tardé, son retour risque de prendre un certain temps.

 

Notre responsabilité de consommateur est engagée. Pour une fois que nous pouvons faire quelque chose, engageons nous à défendre les espèces en danger.

S’il n’y a plus de consommateur pour une espèce donnée, les poissonniers ne la vendront plus et donc les pêcheurs ne la pêcheront plus.

« Si nous ne sommes pas capables de préserver les espèces endémiques, l’homme ne pourra pas survivre. C’est la biodiversité qui nous sauve. Quand le saumon meurt, l’homme est menacé. »
Nicolas JEANNOT

Bibliographies et liens

Guides des espèces : http://www.guidedesespeces.org/fr

A.P.E.C.S. :  https://www.asso-apecs.org

5 Commentaires

  1. Bonsoir,

    Je trouve votre site intéressant sobre et bien foutu.

    Juste une remarque concernant le Merlu / Colin. J’avais toujours appris, comme vous l’indiquez d’ailleurs dans votre tableau que les appellations COLIN et MERLU désignent le même poisson. Or sur les emballage de poisson vendus frais ou surgelés en collectivité, il n’en est rien. Le MERLU désigne le poisson que vous appelez MERLU tandis que le COLIN correspond au poisson que nous appelons LIEU NOIR, lequel ne figure pas dans votre liste, bien qu’on le trouve fréquemment sur les étals français. Les emballages portent la mention COLIN / LIEU.

    J’aime assez le lieu noir poché ou cuit vapeur, servi accompagné d’une sauce. La chair est un peu plus filandreuse que pour les merlu, lieu jaune, eglefin ou cabillaud, quatre poissons qui surclassent le lieu noir. Il faut veiller à ne pas le cuire à l’excès. C’est tout de même bien meilleur que la julienne, le congre, le mullet ou le tacaud, qu’autrefois on réservait pour les chats ou pour servir d’appât sur les hameçons et dans les casiers, sauf à les cuire le jour-même de leur pêche.

    Cordialement
    Christian.

    Réponse
    • Bonsoir Christian,
      Nous vous remercions pour vos commentaires élogieux, cela fait toujours plaisir.
      Nous parlons bien du même poisson vous et moi, Le Merlu et le Colin sont en fait le même poisson,
      on pourrait même ajouter le colinot, qui est un petit merlu, mais qui est toujours pris en pêchant d’autres poissons.

      Plusieurs marques de poissons congelés veulent entretenir le doute dans l’esprit des consommateurs en nommant le Lieu noir aussi en Colin, ce qui évidemment et totalement faux et donc fallacieux et donc malhonnête.
      Un simple rappel qui peut servir à tous nos lecteurs :
      Merlu Commun ou Colin Merluccius merluccius
      Lieu noir Pollachius virens

      Ces noms nous devons les trouver « absolument » sur les étiquettes des espèces chez notre poissonnier.
      Le lieu noir a ses amateurs, mais on ne peut pas confondre la texture de la chair, ni même son goût avec celui du merlu.

      Effectivement le lieu noir n’est pas dans notre liste de Fruitsdelamer.com, cela ne saurait tarder, en attendant je vous invite à vous rendre sur http://www.manger-la-mer.org/Lieu-Noir

      J’aime beaucoup « La chair est un peu plus filandreuse que pour les merlu, lieu jaune, eglefin ou cabillaud, quatre poissons qui surclassent le lieu noir. Il faut veiller à ne pas le cuire à l’excès. C’est tout de même bien meilleur que la julienne, le congre, le mullet ou le tacaud, qu’autrefois on réservait pour les chats »
      Mais je tiens néanmoins à rectifier votre citation à propos du « Tacaud  Trisopterus luscus» ce poisson est en fait délicieux, s’il est très frais, bien que peu cher. Surtout le petit Tacaud Trisopterus minutus (voir https://fruitsdelamer.com/poissons/tacaud/

      Comme vous je l’ai vu consommé par les chats notamment à Paimpol, mais à un de mes retours de pêche sur la digue, j’ai essayé de manger ce poisson, j’en suis resté baba (je devais avoir 15/16ans) je l’avais cuit au court bouillon, (petit bouillon) et un très court temps, et juste mangé avec un morceau de beurre…. Depuis ce jour là, les chats sont restés sur leur faim:-).

      Merci encore de votre commentaire fort intéressant et à bientôt je l’espère,
      Bien cordialement,
      Alain pour FDLM

      Réponse
  2. le colin et merlu ne sont pas les memes poissons : colin (polachius virens) et merlu (merlucius merlucius)

    Réponse
    • Bonjour Philippe
      Je suis navré de vous contredire mais :
      Le Merlu d’Europe ou commun Merlucius merlucius, s’appelle également colin dans de nombreuses régions, mais c’est un nom “commercial”
      Nom Français FAO Merlu D’Europe
      (voir la bible des professionnels, “les poissons de mer des pêches françaises, Jean-Claude Quéro et Jean-Jacques Vayne. Editions delachaux et niestlé) page 113
      Le lieu Noir Pollachius virens, qui dans le Nord s’appelle aussi « Colin » mais dont la chair et le goût, n’ont pas de commune mesure avec celle du Merlu, loin s’en faut.
      Nom Français FAO : Lieu noir
      (voir la bible des professionnels, “les poissons de mer des pêches françaises, Jean-Claude Quéro et Jean-Jacques Vayne. Editions delachaux et niestlé) page 126
      Voilà, en France comme dans beaucoup d’autres pays , les poissons portent des noms régionaux,
      Le Colin/merlu a été très utilisé dans les années 1950/70 pour désigner le merlu notamment dans la région parisienne, « pour les enfants et les malades » car on le préparait beaucoup au court bouillon, une fois cuit on ajoutait juste un petit peu de beurre, et cela plaisait beaucoup.
      Mais vous avez constaté que l’on donne aussi ce nom au Lieu noir, en Manche c’est même « colin noir », aux Sables-d’Olonne « merlan vert »
      Merci d’être passé sur FDLM, bonne fin de journée, et prenez soin de vous et des vôtres,
      et à bientôt
      Alain Diverrès pour FDLM

      Réponse
  3. MDR cher Alain, beaucoup de poissons on recu un autre nom des les années ou le tourisme et la petite commercialisation on fait leur apparition. Je suis Belge d’origine et vient de la partie Neerlandophone, je suis pecheur ligneur stationé en France et fait ce metier deja depuis plus de 50 ans. Je parle et ecrit bcp de langeus et connais les poissons present dans la mer du nord et la manche tous par leur juste nom, en francais, neerlandais , latin, et anglais. Il fut un temp j’etais aussi fishrecorder de la federation européeene de peche. En plus je posede un certificat unique de ligneur européain donc de la obligation de connaitre toutes les sortes en plusieres langeus.
    C’est malheureux que on donne des autres noms au poissons par region et pays : ex le carelet Francais qui devient une plie en Belgique, La morue francaise qui devient du cabillaud en belgique, locallement la saumonette qui est de la rousette, la pelouse qui est du tacaud, la tombe qi est du grondin perlon, etc…. Le truc est que je trouve que de nos jours il vaut mieux informer le public correctement et pas le rendre confus dans ces achats qu’ils ont de plus en plus difficile de faire. Il faut aussi atirer les gens a acheter du produit local, mais si les noms ne sont pas concordant comment peut on avoir de la cntinuitéé dans les ventes… Merci pour ta réponse et excuse moi les fautes , j’ecris sans lunettes aujourd’hui car je les ai cassee, mdr… salutations amicalles

    Réponse

Laissez un commentaire

Pin It on Pinterest